En Afrique, le français remonte la pente

Dans une classe d’une école de Rabat, au Maroc, un élève apprend le français grâce aux paroles d’une comptine, le 31 janvier 2019. Youssef Boudlal / REUTERS

Le français est une fête. C’est ainsi que se veut la Semaine de la langue française et de la francophonie, dont la 24e édition se tiendra du samedi 16 au 24 mars dans les 88 pays membres et observateurs de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Ateliers d’écriture, joutes oratoires, compétitions de slam, conférences, débats, expositions et rencontres, tout est bon pour faire parler français et faire parler du français afin de « stimuler l’appropriation de la langue » sur les cinq continents qui se partagent 300 millions de locuteurs, dixit le site du ministère français de l’éducation, créateur et organisateur de l’événement.

Mais si le français continue de se développer dans le monde, y compris en Afrique, il y est aussi sur ce continent en concurrence avec d’autres langues étrangères. Revue de détails.

  • Le français, 5e langue la plus parlée dans le monde

Depuis 2014, le français est en progression dans le monde et a gagné près de 23 millions de locuteurs, soit 10 % en quatre ans, selon l’ouvrage collectif de l’OIF publié jeudi 14 mars La Langue française dans le monde 2019 (Ed. Gallimard). Cette poussée lui a permis de grimper une marche du podium en hissant le français à la cinquième langue la plus parlée dans le monde après le chinois (mandarin), l’anglais, l’espagnol et l’arabe.

Cette progression est particulièrement notable en Afrique, qui comptabilise 59 % des « locuteurs quotidiens du français » in der Welt, selon l’ouvrage. Elle est aussi mécanique car couplée à l’explosion démographique qui devrait faire doubler la population africaine à l’horizon 2050 à 2 milliards d’individus, selon les chiffres de l’ONU, projetant ainsi de passer dans le même temps d’un effectif de 43 % de francophones sur le continent à 67 %. D’autant plus que les jeunes semblent avoir déjà « intensifié leur usage du français en comparaison des générations qui les ont précédés », pointe l’OIF.

Lire aussi Le français, cinquième langue la plus parlée dans le monde

Sur le continent, le français est ainsi la troisième langue la plus parlée avec 120 millions de locuteurs après l’anglais (200) et l’arabe (150). Après quoi viennent, entre autres, le swahili (100), l’amharique (30), le haoussa (entre 18 et 50), le yoruba (30), l’oromo (25) et l’ibo (24). Onze pays africains ont choisi le français comme langue officielle exclusive, tandis qu’onze autres l’ont adopté en usage officiel avec une ou plusieurs autres langues.

« Le centre de gravité de la francophonie continue de se déplacer vers le sud, prolongeant une tendance depuis 2010 : sur les 22,7 millions de "nouveaux" francophones, 68 % se trouvent en Afrique subsaharienne et 22 % en Afrique du Nord », analyse les auteurs de l’ouvrage.

  • L’anglais, champion toutes catégories

Au total, 24 Etats et territoires africains se partagent l’usage de l’anglais en langue officielle ou co-officielle. La langue de Shakespeare est donc la plus parlée du continent et l’on peut imaginer que son avenir, à l’instar de la langue de Molière, est aussi assuré par la forte démographie, bien que la vitalité des pays anglophones soit moindre que celle de la zone subsaharienne francophone.

Lire aussi Au Rwanda, le swahili devient la quatrième langue nationale

Comme pour le français, cette situation linguistique est héritée de la colonisation. Une photographie qui n’est pas pour autant gravée dans le marbre. Le Rwanda, dont le français avait toujours été, au côté du kinyarwanda, la langue officielle, a décidé en 2003 d’y adjoindre l’anglais et en a fait en 2010 la seule langue d’enseignement public.

Par ailleurs, l’anglais, grâce à sa relative facilité d’apprentissage et à la prédominance de la culture anglo-saxonne dans l’économie et l’enseignement supérieur, reste une clé inégalée d’accession à la réussite.

  • Le chinois, l’outsider de charme

Si le chinois est sans surprise la langue la plus parlée sur la planète avec près de 1,2 milliard de locuteurs, en Afrique elle reste très marginale. Et ce malgré la montée en puissance de la Chine sur le continent et ses investissements massifs, notamment depuis 2000 et le premier Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) à Pékin.

Lire aussi L’opération séduction des Instituts Confucius en Afrique

Cela ne doit pas occulter l’opération de charme lancée par la Chine depuis 2004 et le lancement de son réseau d’Instituts Confucius (IC), imaginé sur le modèle des Alliances françaises et autres British Councils, pour promouvoir la langue et la culture chinoises dans le monde. A la fin 2017, Pékin avait investi l’équivalent de 255 millions d’euros pour ouvrir 525 instituts, 1 113 classes dans 146 pays, se targuant aujourd’hui d’avoir permis à 1,7 million de personnes d’étudier le mandarin depuis leur implantation, hors diasporas chinoises.

Lire aussi En Afrique du Sud, l’apprentissage du mandarin se généralise

L’Afrique n’est pas en reste avec 59 IC et une trentaine de classes dans 41 pays, selon les chiffres 2019 avancés par le site Hanban des Instituts. Preuve de sa volonté de faire rayonner la Chine en Afrique, Pékin avait inauguré son deuxième Institut Confucius à Nairobi, au Kenya, en 2005, juste après le premier en Corée du Sud l’année précédente. En 2017, 150 000 Africains se sont inscrits à un cours de mandarin et 2 500 séances d’activités culturelles ont été délivrées. Quatorze pays africains ont même intégré l’apprentissage du mandarin dans leur système d’éducation nationale, tandis que 21 universités du continent ont créé une spécialité sinophone.

Lire aussi China, neues Flaggschiff für afrikanische Studenten

L’attraction de la Chine se fait aussi dans l’autre sens. En 2017 toujours, ce ne sont pas moins de 50 000 jeunes Africains qui sont partis dans l’empire du Milieu pour faire leur rentrée universitaire. Selon les chiffres du ministère chinois de l’éducation, le nombre d’étudiants étrangers en Chine augmente de plus de 35 % par an et un étudiant étranger sur dix vient du continent africain. La Chine se place ainsi juste derrière la France comme destination privilégiée des étudiants du continent. Il faut dire que Pékin déroule le tapis rouge pour ces jeunes en distribuant de généreuses bourses, multipliant par plus de 300 le nombre de bénéficiaires africains en dix ans.

Sandrine Berthaud-Clair

Dieser Artikel erschien zuerst auf https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/03/16/en-afrique-le-francais-remonte-la-pente_5436998_3212.html?xtmc=afrique&xtcr=1