[Tribune] Sibeth Ndiaye, der Baum, der den Wald versteckt - JeuneAfrique.com

En ce début avril, les réseaux sociaux francophones se sont emballés autour de la nomination de Sibeth Ndiaye, conseillère en communication et femme politique d’origine sénégalaise, au poste de secrétaire d’État porte-parole du gouvernement français. Complimentée par les uns, elle est couverte d’injures racistes par les autres.

Les réactions des deux fronts, en apparence opposées, se fondent toutefois sur un seul et même fait : la trop grande rareté des personnes issues de la diversité, et notamment noires, au sein de l’élite française.

Ces citoyens à part entière font marcher beaucoup d’entreprises et d’administrations de l’Hexagone. Mais combien, parmi eux, ont été nommés à leur tête, PDG d’une grande société, général dans l’armée, commissaire général de police, procureur de la République, directeur de CHU ou président d’université ?

Hypocrisie française

Leurs qualifications ne sont pourtant pas en cause. En Belgique, un récent sondage a révélé que 60 % d’entre eux possèdent un diplôme de l’enseignement supérieur contre 30 % pour l’ensemble de la population. Et la même étude en France donnerait à peu près les mêmes résultats.

Mettant en avant la république parfaite de Jules Fähre, les Français sont

Dieser Artikel erschien zuerst auf JUNGE AFRIKA