Ein großer Tag der Mobilisierung gelber Westen diesen Samstag nach den Ankündigungen von Macron

L’acte 24 des manifestations des Gilets jaunes se tient samedi, deux jours après les annonces présidentielles perçues par beaucoup de manifestants comme n’ayant aucun impact sur leur quotidien.

Pour l’acte 24 du mouvement, les Gilets jaunes descendent dans la rue samedi 27 avril, deux jours après les annonces d’Emmanuel Macron, et testent leur mobilisation.

Les regards se tournent vers Strasbourg, où un appel a été lancé pour une manifestation “nationale et internationale”. À un mois des élections européennes, les organisateurs espèrent attirer dans la ville siège du Parlement européen des manifestants allemands et belges.

Le samedi 20 avril, les “gilets jaunes” étaient 27 900 à battre le pavé dans toute la France, selon le ministère de l’Intérieur, 100 000 selon leur propre décompte. Une mobilisation en baisse, sauf à Paris où le nombre de manifestants avait presque doublé par rapport à la semaine précédente et où un regain de tension avait été enregistré, avec 178 personnes placées en garde à vue.

Jeudi, lors d’une grande conférence de presse à l’Élysée, le président de la République a promis de déployer “plus de fonctionnaires sur le terrain”, de baisser l’impôt sur le revenu, de supprimer l’ENA ou bien encore de réindexer sur l’inflation les pensions de retraites de moins de 2 000 euros.

>> À lire : Les européennes dans le viseur, Emmanuel Macron maintient le cap

La mobilisation de ce samedi permettra de mesurer les réactions du mouvement à ces annonces. Vendredi, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déploré que leurs réactions aux annonces d’Emmanuel Macron aient été “déjà écrites” avant l’intervention du chef de l’État.

“Absolument pas ce dont on avait envie”

De leur côté, plusieurs figures du mouvement des “Gilets jaunes” ont appelé vendredi à poursuivre la mobilisation au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron visant à éteindre cette contestation mais jugées insuffisantes et floues par une partie des manifestants.

“Je salue le travail réalisé, c’est un fait, ils ont planché sur le sujet”, a réagi Jacline Mouraud dans un communiqué. “Mais les grands oubliés de la nation sont les travailleurs pauvres, les agriculteurs, les temps partiels, les précaires, tous les ubérisés de la société.”

Sur Franceinfo, l’ancienne “gilet jaune” et fondatrice des associations Eclosion démocratique et Racines positives, Ingrid Levavasseur, a pour sa part estimé que les réponses du chef de l’État ne sont “absolument pas ce dont on avait envie.”

Opération escargot sur le périphérique lyonnais, “marche sur les médias” à Paris, marche nocturne à Cambrai (Nord), déploiement d’un gilet jaune géant au sommet de la Roche de Solutré (Saône-et-Loire)… Des plus petites aux plus grosses, des manifestations sont annoncées aux quatre coins de la France.

À Toulouse, il sera à nouveau interdit de manifester sur la place du Capitole de 10h à 21hmais un appel des “gilets jaunes au centre” a néanmoins été lancé pour le début d’après-midi.

À Lille, Rennes ou encore Rouen, les manifestations seront également interdites dans le centre. A Paris, le périmètre prohibé comprendra les Champs-Elysées, l’Elysée, les abords de l’Assemblée nationale et de Notre-Dame.

Source de l’article: https://www.france24.com/fr/20190427-apres-annonces-macron-nouveau-samedi-mobilisation-gilets-jaunes