Das Halbfinale des ersten National Hotuba Chalenge Oratory Art Contest Kraftbewunderung

Depuis quelques semaines, entré pouvons-nous le dire avec humeur par effraction, Hotuba Chalenge s’est véritablement imposé dans l’écosystème du leadership camerounais. Parti de la volonté d’un homme en occurrence Brice Kamgang, le premier concours national d’art Oratoire du Cameroun est un évènement exceptionnel qui, rendu aux demi-finales dans les villes de Douala et Yaoundé a déjà dévoilé des talents extraordinaires. Une candidate en pleine démonstration…La première demi-finaliste d’Hotuba Chalenge s’est déroulée le 21 avril dans un Hôtel de la ville de Douala. Une demi-finaliste hautement compétitive avec des candidats bourrés de talents. Pour départager les candidats, le jury conduit par l’excellent commentateur et entrepreneur Martin Camus Mimb a eu du mal tellement le niveau de la compétition était élevé. 5 orateurs de la ville de Douala ont justement à l’issue de cette demi-finaliste eus leurs tickets pour la grande finale du 11 mai 2019. Le Jury de Douala présidé par Martin Camus Mimb au centreLe Cap était mis sur Yaoundé le week-end dernier pour la deuxième demi-finale. Comme à Douala, les talents ont répondu présent, le public était conquis par des orateurs hors-pairs qui, à travers leurs prestations pulvérisaient les émotions dans la salle. Le prestigieux jury présidé par l’entrepreneur Benjamin Nwall dans lequel a également participé la talentueuse Lydol Laslameuse a su choisir les meilleurs pour la grande finale du 11 mai 2019. Le jury de Yaoundé présidé par Benjamin NwallLe concours national d’Art Oratoire Hotuba Chalenge est en train de réussir son pari : faire de l’art oratoire une discipline transformationnelle maîtrisée par la nouvelle génération de leader camerounais. Au regard des demi-finalistes de Douala et Yaoundé, la finale du 11 mai 2019 s’annonce explosive. Wordpress: Ich mag Laden ... Ähnliche Artikel (function (d, s, id) {var js = fjs d.getElementsByTagName (e) [0]; if (d.getElementById (id)) return; js = d.createElement (s); js.id = id; js.async = true; js.src = "//connect.facebook.net/en_US/all.js#xfbml=1&appId=395202813876688"; fjs.parentNode.insertBefore (js, fjs);} (Dokument, 'Skript', 'Book-jssdk')); (function (d, s, id) {var js, fjs = d.getElementsByTagName (e) [0]; if (d.getElementById ( id)) return; js = d.createElement (s); js.id = id; js.async = true; js.src = „//connect.facebook.net/fr_FR)/all.js#xfbml=1&appId= 395202813876688 „; fjs.parentNode.insertBefore (js, fjs); } (Dokument, 'Skript', 'facebook-jssdk')); (function (d, s, id) {var js = fjs d.getElementsByTagName (e) [0]; if (d.getElementById (id)) zurück; js = d.createElement (s); js.id = id; js.async = true; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR)/all.js#xfbml=1&appId=395202813876688"; fjs.parentNode.insertBefore (js, fjs); } (document, 'script', 'facebook-jssdk'));

Dieser Artikel erschien zuerst auf KAMERUN CEO